Robot chirurgical Da vinci. Présentation au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc le mercredi 27 mars 2013
Actualités

27 mars 2013 : Venez découvrir le tout dernier robot chirurgical Da Vinci

11 mars 2013 aucun commentaire , , , , ,

Journée porte ouverte du Département d’Urologie le mercredi 27 mars 2013 de 9h à 18h. A cette occasion venez découvrir le tout dernier robot chirurgical Da Vinci en compagnie des urologues du Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc. Une journée ouverte à tous : professionnels de santé, grand public, personnel de l’établissement, patients, proches en visite, etc.

Le robot chirurgical Da Vinci est utilisé plus particulièrement en chirurgie urologique, digestive, gynécologique et ORL . Il est actuellement présent dans une soixantaine d’établissement en France.

A Lyon, l’utilisation de l’un de ces robots fait l’objet d’une mutualisation par les Hospices Civils de Lyon, la clinique du Grand Large à Decines, la clinique Saint Vincent de Paul à Bourgoin-Jailleu et le Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc à Lyon.

Le robot est situé au Centre Hospitalier Lyon Sud. Le chirurgien de l’établissement partenaire se déplace pour pratiquer la chirurgie, il assure le suivi du patient conjointement avec le service d’urologie du Centre Hospitalier Lyon Sud.

C’est un modèle de coopération sanitaire public-privé quasi unique en France. 

1) DESCRIPTION DU ROBOT CHIRURGICAL

Le chirurgien opère à partir d’une console placée dans la salle d’opération à côté du patient. Il commande ainsi les instruments qui sont fixés sur des bras opérateurs. Une double caméra, exactement comme le feraient nos yeux, apporte une vision en trois dimensions, magnifiée et agrandie du champ opératoire. Il s’agit d’un progrès considérable par rapport à la vision en deux dimensions de la coelioscopie traditionnelle, où le champ opératoire est « écrasé » sur un écran sans restitution du relief.

Le robot est placé au dessus du patient. Quatre bras opérateurs supportent les instruments et l’optique commandés à distance par le chirurgien. Les mouvements du chirurgien sont reproduits après élimination de tous les éléments parasites et peuvent être réalisés avec 7° de liberté à comparer au 4° de liberté de la coelioscopie traditionnelle, permettant par exemple de réaliser des sutures dans des positions inaccessibles auparavant. Ainsi, grâce à la vision 3 D, aux instruments chirurgicaux extrêmement précis et d’une plus grande mobilité, on peut réaliser :

– des opérations plus complexes,
– repousser les limites techniques,
– augmenter la sécurité.

La position du chirurgien est ergonomique. Il bénéficie d’une vision à trois dimensions exceptionnelle, la transmission mécanisée des gestes supprime les tremblements, ces gestes sont donc plus précis. L’équipement permet une manipulation plus fine des tissus, des sutures intra corporelles à l’aide des fils de chirurgie beaucoup plus précises.

2) LE ROBOT ET LA CHIRURGIE DU CANCER DE PROSTATE

Avec environ 40 000 nouveaux cas estimés à partir des années 2000, le cancer de prostate par sa fréquence se situe maintenant au 2ème rang de l’ensemble des cancers et au 1er rang pour l’homme, chez qui il représente 25 % de l’ensemble des nouveaux cas. Un homme sur six risque d’avoir un diagnostic de cancer de prostate au cours de sa vie. C’est un enjeu de santé publique. Son incidence est en augmentation constante de 9 % en moyenne par an en France. Le dépistage par le dosage de PSA explique en partie cette augmentation. Sa mortalité a commencé à diminuer sur la période récente du fait de sa prise en charge par la prostatectomie totale à un stade curable. La chirurgie du cancer de la prostate (prostatectomie totale = ablation totale de la prostate et des vésicules séminales) pouvait se faire jusqu’à une période récente par deux techniques chirurgicales : la chirurgie conventionnelle et la coelioscopie. A partir des années 2000, la chirurgie robotique s’est progressivement installée. Les progrès technologiques sont tels que la chirurgie assistée par robot et notamment la prostatectomie totale est maintenant largement diffusée aux Etats-Unis et en augmentation constante. Ainsi, aux USA, 120 000 prostatectomies totales sont réalisées chaque année et actuellement plus de 60% de ces interventions sont réalisées par robotique.

3) QUELLES SONT LES RAISONS DU DEVELOPPEMENT DE LA CHIRURGIE ROBOTIQUE ? :

– l’extraordinaire qualité de la vision en 3 dimensions,
– l’extrême précision des instruments et leur très grande mobilité dans l’espace.

Ces deux caractéristiques de la chirurgie robotique font que les bénéfices attendus pour les patients sont :

– une diminution significative des douleurs post opératoires,
– un moindre risque infectieux,
– une diminution du risque de saignement et de transfusion ;
– une convalescence plus rapide et un retour aux fonctions physiologiques (urinaires et sexuelles) favorisés.

La chirurgie robotique reste cependant une intervention chirurgicale. Elle comporte comme toute intervention des risques et des aléas particuliers qui dépendent des caractéristiques propres de chaque individu et de chaque tumeur traitée.

  • Pour plus d’informations vous pouvez prendre contact avec les urologues du centre hospitalier :

Dr. J-P Fendler, Dr. G. Képénékian, Dr. E. Denis, Dr. E. Vian

04 78 61 81 24

Rédiger un commentaire

De novembre 2012 à avril 2013