Quel est le taux normal de la FEVG ( fraction d’éjection cardiaque ) ?

4/5 - (1 vote)

La FEVG ou Fraction d’Ejection du Ventricule Gauche fait partie des éléments à trouver pour pouvoir avoir une idée sur la fraction d’éjection. Sa détermination permet la définition du genre d’insuffisance d’un cœur malade. C’est un élément qui se trouve par le biais d’examens médicaux notamment l’échocardiographie ou la technique de Simpson biplan, etc. Ces examens peuvent révéler une FEVG normale ou basse. Lorsqu’elle est basse, cela signale la présence d’insuffisance au niveau du cœur.

FEVG normale : qu’est ce que c’est ?

La FEVG est la quantité de sang éjectée par le ventricule gauche au cours de chaque battement cardiaque. Il s’agit d’une mesure efficace pour évaluer et prendre en charge et stratifier le risque des patients d’affections métaboliques ou cardiovasculaires. C’est grâce à ses données que la fonction du cœur pourra être déterminées. Cela sera un critère sur lequel les spécialistes pourront s’appuyer pour juger de façon globale de la gravité d’une pathologie cardiaque.

On parle de FEVG normale lorsque sa valeur est d’au moins 55 % à 70 %. Lorsque sa valeur se situe en dessous de ce nombre, précisément entre 40 % à 54 %, on parle de fraction d’éjection légèrement anormale. Quand elle tourne dans les 30 % à 44 %, on dit qu’elle est modérément anormale. Lorsqu’elle descend en dessous de 30 %, elle est dite sévèrement anormale. Il est à préciser qu’elle peut baisser jusque dans les 10 à 15 %. La FEVG peut être déterminée par une échocardiographie, une IRM cardiaque, une coronographie, une scintigraphie ou grâce à une ventriculographie.

Comment interpréter les résultats d’une FEVG en dessous de la normale ?

Une FEVG anormale signifie qu’il y a une insuffisance des fonctions du cœur. Le cœur n’est plus capable de fournir à l’organisme une quantité suffisante de sang qui puisse répondre aux divers besoins métaboliques de ses organes. Cette forme d’insuffisance cardiaque encore appelée ICC, existe sous deux différentes formes notamment l’ICC diastolique et l’ICC systolique.

On parle d’ICC diastolique lorsque la FEVG est supérieure ou également à 50 %. Ici, le muscle du cœur ne se distend que très peu. Ainsi, il a des difficultés à se remplir. C’est très souvent la forme d’ICC la plus courante, en particulier chez les sujets âgés. En ce qui concerne l’ICC systolique, la FEVG est inférieure ou égale à 40 %. Dans ce cas, le cœur n’arrive pas à éjecter un volume suffisant de sang au cours de la systole.

L’ICC est un dysfonctionnement qui a généralement pour symptômes l’essoufflement sans raison ou pendant un effort, la fatigue ou l’œdème au niveau des chevilles. Avec le temps, les signes de cette insuffisance signalée par la FEVG normale peuvent évoluer de façon différente selon la pathologie qui est la cause de ce dysfonctionnement. En effet, une diversité d’affection peut conduire à une insuffisance du cœur. On peut citer en l’occurrence :

  • L’hypertension artérielle,
  • L’artériosclérose,
  • L’embolie du poumon,
  • L’hyperthyroïdie,
  • La coronaropathie,
  • Le diabète,
  • Le vieillissement, etc.

Peu importe l’origine de l’ICC, il faut penser à la traiter le plus tôt possible. Cela est important sinon l’insuffisance peut évoluer jusqu’à causer la mort.

Comment traiter les cas de FEVG anormale ?

Le traitement que le spécialiste de santé prescrira dépendra de la forme d’ICC dont souffre le sujet malade. Dans les cas où l’insuffisance est assez sévère, le traitement pour essayer d’améliorer la FEVG se compose de médicaments bêtabloquants, de produits modulateurs du dispositif rénine-angiotensine ainsi que des minéralocorticoïdes. Certains médecins peuvent ajouter à ce traitement, la prise de l’ivabradine ainsi que des médicaments diurétiques.

Les bêtabloquants sont capables d’optimiser la FEVG normale d’au moins 5 à au plus 12 %. Quant aux modulateurs du dispositif rénine-angiotensine, ils peuvent l’améliorer de 1 à au plus 4 %. Le reste des produits du traitement ont aussi leur efficacité. Par conséquent, ils ne sont pas à négliger. Il est à noter que l’ICC est une atteinte irréversible. De ce fait, les médicaments prescrits auront juste pour rôle d’améliorer la fraction d’éjection du cœur. Ils ne pourront pas la ramener à la normale.

Les médicaments ne sont pas les seuls traitements que les spécialistes de la santé peuvent indiquer pour optimiser la FEVG. Ils peuvent également proposer comme solution la mise en place d’un défibrillateur. Ceci, dans le cas où la force du cœur ne se serait pas améliorée après la prise des médicaments. Une transplantation cardiaque est également possible pour soulager les sujets malades. C’est la meilleure alternative pour les cas pour lesquels l’atteinte est assez grave.

Aussi, l’installation d’un dispositif jouant la fonction du cœur peut être une autre solution pour aider les sujets malades. Pour optimiser l’action de ces divers traitements d’une FEVG anormale, il est recommandé d’avoir des habitudes d’hygiène et de vie saines.

Quelles habitudes d’hygiène respecter en cas d’une FEVG anormale ?

Pour éviter d’aggraver son état de santé, il est recommandé d’avoir un régime alimentaire sain. La consommation accrue de gras, de sucre, de sel et d’alcool est fortement déconseillée. Ces aliments favorisent une accumulation importante de graisse dans le corps. Ce qui est mauvais pour le cœur. De plus, il est important d’avoir un œil regardant sur son poids. L’obésité est un frein au bon fonctionnement du cœur.

En outre, la pratique d’activités physiques de façon régulière sera également bénéfique pour une personne dont la FEVG n’est plus normale. Les activités d’endurance en l’occurrence la marche, la natation, le jogging ainsi que le cyclisme sont à privilégier. Ceci, parce qu’ils permettent une amélioration progressive du dispositif cardiaque et de système respiratoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *